Description

Concert debout - Tout public Astéréotypie, c'est comme des morceaux choisis des Rencontres du Papotin (à déguster sur France 2), mais en rock post punk qui décoiffe ! « Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme… La vie réelle est agaçante ! ». Tels sont les mots de Claire Ottaway, la nouvelle recrue d’Astéréotypie, groupe de post-punk énergique tirant parfois sur le garage-rock ou le noisy. Né en 2010 au sein d’un Institut médico-éducatif, ce groupe (d)étonnant revient avec un troisième album fait de textes atypiques et de phrasés lunaires qui aimantent l’oreille et nous embarquent dans une expédition à haute intensité affective. Croiser le collectif Astéréotypie, ça secoue. Ça fait bouger les jambes quand ça s’élance, ça désarticule les bras à chaque scansion ou rupture de tempo, ça fait hurler en chœur à s’en froisser les cordes vocales et ça fracasse les a priori pour peu qu’il en reste. Aucun groupe ne ressemble à Astéréotypie dans la Drôme, ni sûrement même dans le monde… la vie réelle est parfois réjouissante ! Si le groupe s’est constitué, il y a une dizaine d’années à l’IME (Institut Médico-Educatif) de Bourg-la-Reine autour de Christophe L'Huillier, alors éducateur, c’est qu’il avait découvert l’intérêt de mettre en musique et en bouche les textes produits en atelier d’écriture. Ces auteurs.rices-interprètes partagent donc, effectivement, une dimension de leur existence qu’on appelle l’autisme. Un prisme auquel ils ont bien souvent été assignés dans leur parcours, mais qui devient vite accessoire dans le collectif. Christophe L'Huillier tient la guitare, Arthur B. Gillette et Eric Tafani, tous deux membres du groupe Moriarty, s’occupent respectivement des textures sonores à la guitare et de la batterie, tandis que Benoît Guivarch joue des claviers et des synthés modulaires. Un groupe au son nerveux comme un corps sur scène, entre joie et tension, besoin de décharges et envie de partage. Un groupe au format bien connu, avec sa section rythmique tirée au cordeau, les arpèges analos qui brouillent les profondeurs et la guitare qui se faufile sauvagement dans les trous pour se faire inattrapable mais dont la particularité certaine est de se mettre au service de ces voix et ces textes non-formatés par les recommandations de bonne pratique d’écriture poétique.

Ouverture et horaires


le 15 mars 2024 de 20:30 à 22:00

Tarifs

Tarif de base : à partir de 25,00€ (tarif unique)

Contacter / Localiser

Aller en haut de page Skip to content